Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2015

E arrivato il momento ! :

Il faudrait être enfermé dans des certitudes dépassées, confit dans un engagement spirituel mal compris où les paroles de Dieu sont mal interprétées, pour continuer de refuser ce qui n'est pas qu'un simple effet de mode, pas plus que ce n'est le produit d'une éventuelle décadence de notre civilisation ou le résultat d'un perte des vraies valeurs morales : Le mariage pour tous arrive en Italie. Dans la joie. Car, comme le montre cette vidéo très émouvante, il y a beaucoup de joie à se dire que le mariage de deux êtres au nom de l'amour est un droit universel et que nul ne devrait en être exclu. Gageons que cette avancée sociale et morale ne donnera pas lieu chez nos amis cisalpins aux terribles errements qu'a connu la France quand la loi sur le mariage pour tous est devenue une réalité. Comment ne pas être ému par ces images. Oui, en Italie aussi, le moment est arrivé !


________
1 commentaire perdu (non archivé par Google)

La nouvelle imbécilité en vogue à Venise : les touristes en vélo !

Voici un billet d'humeur qu'il faut lire comme un communiqué de salut Public. Traduit du vénitien, son contenu pourrait prêter à rire si le sujet ne donnait envie de pleurer ! Les âmes sensibles et/ou piquées par le dard de la tolérance ou de la pitié sont priées de s'abstenir : 
"De nombreuses personnes s'en plaignent sur les réseaux sociaux et depuis quelques jours, nous sommes plusieurs à avoir constaté ce nouvel abus de la part de touristes ignares, les "barbares" : de plus en plus souvent des abrutis mal léchés pour la plupart se rendent dans le centre historique à bicyclette. cela pourrait être amusant si ces messieurs, certainement furieux d'être limités dans leurs coups de mollets par les trop nombreux ponts agressent presque à chaque fois les vénitiens venus poliment leur signaler qu'on ne peut circuler en vélo à Venise. Dernière réponse signalée sur Facebook par un monsieur effaré qui s'était approché d'un groupe de cyclistes occ…

L'âme des autres

 "Il y a des personnes qui sont dans le monde comme l'âme des autres."  Cette belle maxime de Leibnitz nous rappelle combien ces flammes errantes que sont les belles ames peuvent à tout moment mettre le feu en nous et préservent l'humain de sombrer dans le désespoir ou la barbarie. Les cyniques n'aiment pas les belles âmes. Est-ce de cela qu'est mort Mario Stefani, le poète vénitien déjà cité par Tramezzinimag il y a quelques semaines et sur lequel nous reviendrons souvent dans les prochaines semaines ?
Mi canta ancora nel cuore
la bella favola di Venezia
la bella elegia che non ha occhi per piangere

via via da questa città dove lacqua cresce
città che muori mia Venezia
le sirene annunciano come un bombardamento
angosce e morte

Ellechanteencore dans mon cœur La jolie fablede Venise La belleélégie qui ne peut verser une larme Partir loin decette villeoù l'eau ne fait que monter Ma cité qui meure Toi Venise  Les sirènesqui retentissentcommepour un bombardem…

I Corrieri Veneti et le peintre Pordenone

Vasari qui n'a pas écrit que des vérités, raconte que ce tableau dePordenone qui orne l'autel de la Confrérie des Corrieri veneti à San Zuane fut en réalité une commande de plusieurs familles patriciennes comme pour forcer LeTitien, absent de Venise en dépit des commandes qui lui auraient été faites et qui restaient en chantier, à reprendre le collier... En vérité, le tableau a bien été réalisé en 1535 suite à la commande de la Confrérie dont les membres souhaitaient que la chapelle soir ornée d'un retable consacré à leur saints patrons, Sainte CatherineSaint Sébastien et Saint Roch. Cette commande nous permet d'admirer cette manière particulière du peintre, la complexité des poses choisies, un peu ampoulées et convenues qui sont la marque de cet artiste et répondent bien aux goûts de l'époque.

I Corrieri Veneti, où quand Venise inventa la poste

"La lettre que j'ai envoyé à mon oncle installé depuis quelques mois à Rome a mis tellement peu de temps à lui parvenir que sa réponse, arrivée en trois jours, a vraiment surpris tout le monde. C'était un peu comme l'avoir croisé sur le campo s'en allant vaquer à ses nobles fonctions de magistrat exécuteur contre le blasphème avec Angelo Legrenzi, son secrétaire et recevoir de sa bouche les réponses à mes questions. Notre service de courrier est le plus efficace du monde et démontre, s'il en était besoin, la grandeur de notre administration et la sagesse du Sénat. Je suis fier d'être fils de la Sérénissime et aussi vrai que Christ est notre roi tout-puissant pour l'éternité, Venise est ma patrie chérie". Ainsi s'exprimait (la traduction est moderne et trahit sans doute un peu l'esprit de son auteur) dans ses mémoires, jamais achevées ni publiées, N.H. Carlo Agostino Ruzzini, futur Procurator de Saint-Marc, fils de Carlo Ruzzin…

Mais oui, Venise est verte !

On entend souvent dire que Venise manque de verdure, que c'est un milieu urbain totalement minéral et cette évocation est d'autant plus prégnante quand le voyageur vient en été, lorsque les journées sont particulièrement chaudes et humides, comme ces dernières semaines.
S'il n'y a pas, en dehors de la promenade qui mène au quartier de sant'Elena, de longues avenues bordées d'arbres, la ville est remplie d'espaces verts qu'il faut savoir découvrir mais qui existent bel et bien. A commencer par les jardins de certains palais, les campi où ont été plantés des arbres, les jardins et parcs publics (des Giardini au parc Papadopoli en passant par les charmants jardins Savorgnan derrière la gare ou celui de Sant'Alvise, les cloîtres et les potagers des couvents, comme à Sant'Elena justement, à San Francesco della Vigna, à l'Ospedale, ou du côté de la Madonna dell'Orto, sans compter les potagers et les vergers - les vignes aussi - de…

Pranzo di Ferragosto : la bande-annonce

Ce fut la surprise (agréable) de la 65e Mostra du Cinéma, vous en souvenez-vous ? Un film incroyable joyeux, paisible et tellement dans la tradition du cinéma italien, réalisé par Gianni Di Gregorio. En voici la bande-annonce. Si vous décidez de le visionner, surtout chers lecteurs, voyez-le dans sa version originale sous-titrée, mais pas dans l'épouvantable version doublée en français (pourtant au Canada) qui est une catastrophe comme, hélas, le plus souvent. Bon appétit ! 

"La canzone dei vecchi amanti" par Franco Battiato

La très belle version en italien de la chanson de Jacques Brel, qui s'échappait l'autre soir d'une fenêtre ouverte, dans une ruelle improbable de Canareggio, du côté de San Sebastiano, comme un retour en arrière... La voix de Franco Battiato résonnait sur les murs hauts et étroits ; les magnifiques paroles semblaient vouloir s'envoler et se répandre dans la ville endormie. Je remontais la rue à la recherche d'un peu de fraîcheur, porté par la musique. Soudain les cloches se sont mises à sonner, se répondant les unes aux autres, puis des mouettes lancèrent leur cri, un volet claqua, une mère appela son enfant qui ne répondait pas. Le vent se leva, doux et parfumé... Je venais de mettre mes pas dans les pas du garçon que j'étais trente ans plus tôt. Qui était le doux, le tendre, le merveilleux amour qui occupait mon cœur cette nuit-là, dans les années 80 ? Plusieurs noms me viennent aux lèvres en même temps qu'un sourire ému... Est-ce à cause de la musique q…

Exclusif : "I Figli della laguna", un film de Francesco de Robertis

La Venise authentique... Qu'est-ce que cela veut dire ? Une autre Venise que celle que s'entêtent à présenter les documentaires télévisés, avec San Marco, les pigeons et les gondoles. Une Sérénissime nascosta ? Depuis dix ans, TraMeZziniMag s'est attaché à présenter à ses lecteurs la Venise Mineure, celle du quotidien des vénitiens, avec leurs usages et leurs rites. "La Vita semplice" (ou "I Figli della laguna"), un film réalisé en 1946 présente cette Venise-là... 

Dans une cité des doges qui se dépeuple chaque jour davantage, que défigure les boutiques de faux Murano made in China et qu'envahissent chaque année plus de vingt-trois millions de visiteurs, s'attarder sur tout ce qui rappelle ce qu'elle fut des siècles durant est à la fois émouvant et roboratif. Il est hélas de plus en plus difficile d'imaginer ce qu'a pu être Venise quand chaque sestiere et chacune des îles avoisinantes grouillait de vie, les campi envahis par les enfan…

Lo spirito del Viaggiatore (2) : Rencontres : Interview à Michele Sammartini, par Alexandrine de Mun

Alexandrine de Mun porte un joli nom historique. Elle est française. Elle écrit. A vingt ans, elle est partie à Venise et y est restée. Depuis elle n'a cessé d'écrire et elle écrit bien. Curieuse et passionnée, elle sait transmettre à ses lecteurs la joie de ses découvertes et de ses rencontres. Son humour, sa culture, la simplicité avec laquelle elle énonce - et explique - les choses font de la lecture de ses pages une sorte de compagnonnage comme il s'en crée en voyage. Des rencontres imprévues, anodines qui pourtant peuvent parfois changer nos vies ou du moins l'idée que nous nous faisons de nos vies. Ce texte, paru sur le site de l'auteur, trouve naturellement sa place dans la collection "Lo Spirito del Viaggiatore" :

Venise est en fête et les touristes abondent dans les ruelles : c'est le premier dimanche de septembre, jour de la Regata storica

C'est un moment joyeux, coloré par le défilé des embarcations fastueuses qui glissent s…

Lo spirito del viaggiatore (1) : Petits moments de paradis

à Alexandrine de Mun Un proverbe ici dit que le voyageur qui passe par Venise, reste "trois jours ou trois ans"... Il n'en est pas toujours ainsi, loin s'en faut hélas. Mais il n'est pas besoin de rester longtemps pour s'imprégner de l'esprit comme de l'âme de cette ville unique, cité-civilisation, univers à part qui ne peut laisser quiconque indifférent. D’où l'idée qui vient de germer, au hasard de mes rencontres et des conversations avec les uns et les autres, d'une série de billets consacrés à l'art du voyage. Ce qui faisait dire à Henri de Régnier qu'on pouvait ou non être - ou devenir - "bon vénitien"... Mais l'esprit du voyageur (voyez combien cela sonne mieux en italien "lo Spirito del Viaggiatore"...) s'applique aussi dans tous les lieux de villégiature que nous choisissons ou qui s'imposent un jour à nous.

I zoga i fioi nel campo
no, no i me disturba
go imparà ad amor sto' ciasso
sto…

Ces Français qui s'installent à Venise par Philippe Gallard

Invité de TraMeZziniMag, le journaliste Philippe Gallard de la rédaction du magazine Challenges qui sort ce jour un article sur les français qui franchissent le pas en s'installant à Venise :
Formalités, fiscalité, immeubles classés, inondations… Malgré la course d’obstacles pour s’installer dans la cité des Doges, de plus en plus de Français se jettent à l’eau.

On y est. Le camion chargé de meubles, de livres et de vaisselle s'annonce enfin à l'entrée du pont attachant Venise à la terre ferme. Nous l'attendons sur un topo, péniche étroite et colorée, le long du quai du Tronchetto voué aux accouplements camion-bateau. Premier transfert, du premier au second, doté d'un pont béant alors qu'il se met à pleuvoir. Les caisses de livres en carton, trempées, ne résisteront pas au second transfert, une demi-heure de voies d'eau plus loin. Au petit point de débarquement, le topo bouche l'étroit canal, il faut faire vite. Le beau canapé-lit de cuir blanc est à d…