Accéder au contenu principal

L'âme des autres

 "Il y a des personnes qui sont dans le monde comme l'âme des autres."  Cette belle maxime de Leibnitz nous rappelle combien ces flammes errantes que sont les belles ames peuvent à tout moment mettre le feu en nous et préservent l'humain de sombrer dans le désespoir ou la barbarie. Les cyniques n'aiment pas les belles âmes. Est-ce de cela qu'est mort Mario Stefani, le poète vénitien déjà cité par Tramezzinimag il y a quelques semaines et sur lequel nous reviendrons souvent dans les prochaines semaines ?


Mi canta ancora nel cuore
la bella favola di Venezia
la bella elegia che non ha occhi per piangere

via via da questa città dove lacqua cresce
città che muori mia Venezia
le sirene annunciano come un bombardamento
angosce e morte

Elle chante encore dans mon cœur
La jolie fable de Venise
La belle élégie qui ne peut verser une larme
Partir loin de cette ville où l'eau ne fait que monter
Ma cité qui meure Toi Venise 
Les sirènes qui retentissent comme pour un bombardement
Angoisse et mort
Rempli de désillusions et de regrets, ces vers font l'éloge d'une cité moribonde, vouée à disparaître, celle chantée par Diego Valeri et Aldo Palazzeschi, celle de De Pisis et de Ferruzzi, "la jolie fable de Venise... Triste souvenir pour le poète dont le cœur est encore tout rempli des images d'antan. L'acqua alta fait plus que submerger les endroits les plus bas de la ville, elle inonde de désespoir l'inconditionnel de Venise qui a grandi en elle et la voit peu à peu se déliter. Comme l'explique Flavio Cogo, dans son excellent ouvrage, Mario stefani e Venezia. Cronache di un grande amore, (non encore traduit en français) publié en 2013, les grandes eaux sont chez Mario Stefani,symbole de la mort qui s'oppose à ce qu'il y a de vital et de naturel dans le flux et le reflux de la marée pareil au sang qui court dans nos veines. Ce phénomène préoccupant tant il se répète de plus en plus et dans des proportions parfois alarmantes depuis la fameuse inondation de 1966, est associée dans les vers du poète de San Giacomo dell'Orio, au chant lugubre des sirènes qui rappelle les bombardements.  

Cela pourra en surprendre certains, mais derrière d'image rieuse du carnaval et des cortèges aquatiques avec un doge de pacotille pour fasciner le public, il y a dans le cœur de certains vénitiens, beaucoup d'amertume et de chagrin. Ils l'expriment tous d'une manière différente, en italien ou en dialecte et c'est véritablement une souffrance. Depuis plus de trente ans, poètes et écrivains, peintres et musiciens, natifs de Venise ou vénitiens d'adoption, tous crient leur désarroi. Les prédictions les plus sombres, les chants de requiem ou les invocations désespérées pour qu'un miracle surgisse et sauve la sérénissime, des menaces de la nature, des exactions de l'homme mais aussi la sauve d'elle-même, de ce qu'elle est devenue et des dangers nouveaux qui se font jour. 

Stefani était radical, d'autres artistes sont ou ont été communistes, socialistes, chrétiens engagés ; quelques uns, plus rares sont proches de l'ex-MSI, néo-fasciste aujourd'hui représentée par sa frange la plus droitière regroupée dans la Ligue du Nord.Quelque soit leur sensibilité politique, tous ont en commun l'amour de leur patrie, la volonté de faire changer les choses pour que Venise survive ; pour qu'elle se développe face aux enjeux modernes. On ne construit pas des maisons ni des routes avec des poèmes, ils ne créent des emplois ni ne contribuent à augmenter la population pas plus qu'à la rajeunir (2) mais par leurs mots, les poètes contribuent à faire prendre conscience de l'extrême gravité d'une situation qui devient chaque jour, de moins en moins supportable. 

On sourira sûrement à ces cris d'amour lancés de partout par les Fous de Venise, qu'ils soient sur place ou exilés loin d'elle ; et après ? Est-ce que la mort annoncée de la ville intéresse vraiment notre époque qui ne se conçoit plus qu'en termes de globalisation, de mondialisation ? Che se ne frega (1) de ces quelques milliers de pauvres vénitiens obligés de quitter la maison de leurs pères pour s'entasser dans des logements sociaux du côté de Marghera ? un parc d'attraction qui risque de sombrer sous la mer ? De superbes images pour les journaux télévisés, quelques secondes d'émotion habilement amenées par la voix de circonstance du présentateur, un plateau d'experts peut-être, la une des journaux pendant deux ou trois jours, puis la planète se remettra à tourner. Les tour-opérateurs, les croisiéristes (combien ces nouveaux mots sont laids) referont leurs programmes : on viendra sur les lieux avec des bateaux à fond transparent, voir en sous-marin pour admirer - photographier - les vestiges de la cité enfouie. Une mine d'or finalement. Sur la terra ferma ou peut-être sur une île épargnée par les flots, on visitera la réserve où vivront quelques centaines de vénitiens, avec leur drôle de dialecte, leur verroterie et leurs superstitions. Plusieurs fois par jour, des gros bateaux débarqueront des flots de touristes amusés qui se prendront en photo avec les indigènes à l'aide de leurs perches à selfie... C'est peut-être l'intuition de ce cauchemar qui désespéra Mario Stefani au point qu'il fut retrouvé pendu dans sa maison, au-dessus de la trattoria al Ponte, tout près de la Zucca, à San Giacomo dall'Orio (2)... 



(1)  : Qui s'en soucie
(2) : Selon les derniers chiffres publiés par l'Anagrafe de Venise (Etat Civil), il y a désormais 9,3 personnes de plus de 60 ans pour 1 jeune de moins de 20 ans
(3) : Comment se fait l'histoire... Stefani habitait dans le même immeuble qu'un célèbre universitaire vénitien, Padoan, situé juste à côté du pont et non pas dans le palais sur la façade duquel on a apposé la plaque commémorative inaugurée par Cacciari. Un des copropriétaires de l'immeuble où vivait le poète (au-dessus de la trattoria del Ponte) ayant refusé son autorisation en dépit de nombreuses tractations. Il a donc fallu trouver un autre endroit. C'est pour cela que la plaque ne mentionne pas l'immeuble.


Commentaires