31 octobre 2005

Un dimanche comme les autres, place Saint Marc

posted by lorenzo at 23:20

Instantanés

Prendre un verre ou un café au pied du pont de l'Accademia, avant de visiter le musée des Beaux Arts et de se perdre dans le dédale des ruelles de Dorsoduro...

posted by lorenzo at 23:17

Flâneries automnales...

Il y a des sujets qui fâchent et je crois que nous devons exprimer nos humeurs et dire notre pensée. Nous n'avons pas fini d'entendre parler de la grippe aviaire et les passions vont se déchaîner une fois de plus. Mais bon, il y a aussi Venise et le plaisir que nous trouvons à en parler, à nous y rendre, à la photographier, la peindre ou la décrire. C'est sacrément réconfortant de penser aux tramezzini tonno-uova que l'on sert dans le petit café où je vais lire les journaux le matin, et au délicieux verre de soave ou de prosecco du milieu du jour.

Dimanche, nous fêtions les anniversaires des natifs d'octobre de la famille: mes nièces Amandine et Maud, et moi-même. Belle journée à Barsac, au milieu des vignes, avec un temps très agréable. Mis à part les chasseurs qui faisaient pétarader leurs pétoires autour de la maison, la tranquillité de l'endroit fait du bien. La nature y est encore splendide à cette période de l'année. De la propriété, on voit les collines de la rive droite ses bois, ses vignes et ses châteaux : Langoiran, Cadillac... Un succulent repas arrosé d'un merveilleux Haut Brion 1969 au sommet de son arôme, encore plein de vigueur et tout en rondeur et une longue promenade dans les bois des environs pour finir par un thé assorti de madeleines, de cake et de strudel faits par ma belle-sœur et qui fit les délices de toute la famille. Ramassage de noix, passage par le potager pour goûter de délicieuses tomates, du coriandre, de la menthe... Rires des enfants jouant avec les chatons et les chiens. Et la présence toujours sensible de ceux qui nous ont quitté et qui aimèrent ces réunions de famille sans enjeu, sans conflit, sans compétition. Bref des moments sans histoire, faits de ces petits riens qui apaisent et rechargent nos batteries de citadins stressés.

Cela me donne envie de parler cuisine. Je voudrais vous recommander un livre très bien fait, paru chez Casterman et signé par Alvise Zorzi, historien vénitien et Pino Agostini : La table des doges, Histoire et recettes de la grande cuisine vénitienne.
Très documenté, avec des recettes de qualité et une iconographie recherchée. Chez Marabout, un joli petit livre récemment paru sur le risotto, intitulé tout simplement Risotto.
Quelques authentiques recettes italiennes et des inventions plus françaises. L'essentiel cependant y est : les ingrédients de base, la méthode et les petits secrets pour les réussir. Ce primo piatto ne peut pas attendre, il faut le servir aussitôt terminé, sinon il change de consistance. Le meilleur, c'est le risotto au champagne qu'on peut servir avec des écrevisses fraîches poêlées au champagne, pour un repas de fête. le risotto aux truffes blanches, celui au potimarron, le risotto vénitien classique aux fruits de mer et l'original risotto noir à l'encre de seiche... Autant de plats qui se rapprochent de l'esthétique culinaire japonaise ! Demandez moi ces recettes authentiques que les vénitiens réservent pour leur cuisine casalinga.
posted by lorenzo at 21:24

La citation du jour

"Les esclaves volontaires ont fait plus de tyrans que les tyrans n'ont fait d'esclaves forcés."
Tacite
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...