22 novembre 2005

Notre Tempo di Cello à Paris

Je reviens de Paris, où se déroulait le huitième concours de violoncelle Rostropovitch. Cet agréable voyage était une idée de Laurence Lacombe, l'animatrice d'une jeune association de violoncellistes de Bordeaux dont j'ai l'honneur d'être le président. 

Une trentaine de jeunes musiciens, parmi lesquels des élèves du Conservatoire dont mon fils, mais aussi des amateurs, des professeurs, ont ainsi assisté à la finale, qui s'est déroulée samedi 19 novembre au Châtelet puis, le lendemain au concert de clôture avec les lauréats. Mitslav Rostropovitch présidait lui-même ce concours qu'il a créé il y près de trente ans maintenant et ce fut un réel grand moment de musique.

La lauréate, Marie-Elisabeth Hecker n'a que 18 ans et déjà beaucoup de maîtrise, un talent incroyable, une présence qui s'impose dès qu'elle commence à jouer et qui contraste avec sa silhouette très fine, presque fluette.Tous, même les plus jeunes, l'ont choisi en applaudissant à tout rompre le samedi après-midi pendant les éliminatoires finales. Et dimanche, Marie-Elisabeth Hecker a donné le meilleur d'elle-même, lors du concert des lauréats qui clôturait le concours (et notre week end). Renaud Dejardin (5e prix), le seul français de cette finale, en dépit d'une présence souvent plus mature que ses concurrents, semblait manquer d'âme. Deux autres lauréats se révélèrent intéressants : Kaori Yamagami, (4e prix), canadienne d'adoption mais née au Japon qui jouait sur un stradivarius et la moscovite Elisaveta Shuchenko (6e prix).
Elle a interprété "Oyan !" (réveillez-vous !), une création du compositeur russe Franghiz Ali-Zadeh (née comme Rostro à Bakou), et, avec l'Orchestre de Paris dirigé par Janos Fürst, qui a donné le meilleur de lui-même dimanche, le 1er concerto pour violoncelle de Chostakovitch. Ce concerto, assez difficile d'accès, avait été joué la veille six fois d'affilée (et les participants qui ont écouté courageusement à chaque fois ont su reconnaître la qualité de l'interprétation). Nous étions devant elle, à quelques mètres, dans les premiers rangs. L'orchestre était enfin complètement à sa place et ce fut un vrai moment de paradis. 
Le lauréat du 2eme prix, Julian Steckel, interpréta avec beaucoup de maestria la 4e sonate en ut majeur op. 102 n°1 de Beethoven et la danse des Elfes de David Popper. Georgi Kharadze nous a régalé avec cinq pièces dans le style populaire op.102 de Robert Schumann.
Mon fils Jean qui fêtait ce jour là ces douze ans, a même pu parler au maestro à qui je rappelais notre rencontre vingt ans plus tôt chez ses amis Arbit Blatas et Regina Reznik, à la Giudecca. Lui présentant mon fils, il comprit mal ce que lui disait la dame qui nous introduisit et crut que Jean était le petit-fils de Regina. Dans la confusion, il le prit dans ses bras chaleureusement et l'enfant, rouge et confus, personne n'osa pas le contredire. La musique est une grande famille après tout ! Jean semblait comme tous les autres, des plus jeunes aux plus âgés, sous le charme. 

Il fut un des premiers à demander un autographe à la jeune lauréate qui disait "mais je ne serai pas la lauréate, c'est impossible vous savez". Ce fut d'ailleurs la course aux signatures : Rostropovitch bien sur, mais aussi Etienne Vatelot le grand luthier, Madame Pierre Fournier, la veuve du grand violoncelliste français, la compositrice russe dont la création fut magnifiquement interprétée par la jeune allemande, et les autres candidats, qui tous se plièrent avec bonhommie à ce rite imposé par une jeune classe très délurée mais respectueuse et parfaitement concentrée pendant les concerts. 






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...