05 février 2006

Venise, ô ma jolie




par Léon-Paul Fargue

[...] Le marbre rose flotte sur le silence. Chute lente comme une neige dans un cristal, silence épanoui de la fleur, silence vertical du vase, chaque chose a son silence. Un pigeon qui passe partage l'instant, une gondole qui glisse au plafond. Murmure d'une immensité, le temps fuit de tous les côtés. Le jour jette sa dernière rose aux échos. Mille coupes de Thulé se noient au fil des eaux. Nuages des préhistoires, l'eau teinte des monstres de la fable, sur le frai rouge du couchant les gondoles frottent leur ventre noir. Et qui presse ces éponges de clarté goutte à goutte en stalactites nacrées ? Sur les marches du palais les pas de sang d'un crépuscule égorgé de colombes que flagellent des violons... Debout, à son balcon, la Princesse tire les rênes du couchant et retient l'agonie du soir [...]
.
Extrait d'un très beau texte dédié à la Princesse de Polignac, la magnifique Winnaretta Singer qui possèdait un charmant palais à san Gregorio et acheta ensuite le fameux palais Contarini, aujourd'hui propriété du Duc Decazes, descendant des Polignac. La Princesse, musicienne (pianiste et organiste de talent) contribua toute sa vie à la vie artistique parisienne et aida de nombreux artistes. Avec son mari, elle fit énormément pour la création contemporaine. Le poète Léon-Paul Fargue fut un des artistes qui bénéficia du soutien et de l'amitié de la Princesse. Je vous reparlerai de ce palais et de ses propriétaires. C'est là, au dernier étage, que vit depuis quelques années mon ami Roger de Montebello qui a choisi de s'installer à Venise pour peindre.
 

posted by lorenzo at 21:09
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...