17 septembre 2006

Deuxième concert des Musiciens du Chapeau Rouge

Il ne devait pas pleuvoir sur Quinsac cet après-midi mais les grandes marées d'équinoxe en avaient décidé autrement. Cela n'empêcha pas le public des Journées du Patrimoine d'avoir répondu présent à l'invitation de notre association dans les salons du très joli petit château de Lestange à Quinsac. La tranquille musique de Boismortier et une des suites françaises (ah, la merveilleuse gigue !) de Johann Sebastian Bach emplirent l'atmosphère et les cœurs pour un délicieux concert après une visite de la demeure et un café servi sous les grands arbres du parc. 
Accueil charmant de la propriétaire des lieux, la sympathique Madame Charmet, dans une  ambiance bon enfant ( des enfants, il y en avait d'ailleurs des tas qui, entre deux morceaux, et profitant des éclaircies, s'ébattaient dans le jardin), sur les terrasses verdoyantes qui s'étendent devant la maison en haut des coteaux de Quinsac. Paysage magnifique embelli par le ciel bleu se jouant des nuages gris et roses, avec ces rangées de vignes qui brillaient sous la pluie. 
Le public, visiblement peu connaisseur mais plein de bonne volonté, a rendu hommage au talent de nos deux jeunes artistes: Clémence Prioux au violoncelle baroque et Benoît Babel au clavecin. Ce clavecin magnifique, (copie d'un Zell de 1725), se faisait entendre pour la première fois. Création du facteur de Barbaste, Philippe Humeau, il a été réalisé pour Pierre Hantaï qui a accepté de le prêter aux Musiciens du Chapeau Rouge pour ce concert champêtre. Dans le public, venu en voisin et en famille, on ne pouvait pas ne pas remarquer le flûtiste Samuel Coles qui sembla apprécier le jeu des interprètes. Bel après-midi jubilatoire, vraiment !
Le hasard fait que ce concert ait eu lieu vingt ans après un mémorable moment qu'il m'avait été donné de vivre à Venise, dans le cadre des XII° Corsi di Musica Antica de la Fondation Giorgio Cini de Venise. Le stage, organisé par l'Associazione clavicembalistica italiana, dont la secrétaire générale était mon amie Enrica Portoghese. C'est  Egida Sartori, la grande dame du baroque italien (qui anima l'association jusqu'en 1996) qui dirigea le stage. On y enseignait - et c'était encore rare et nouveau - la "praxis et l'interprétation de la musique antique et baroque". Pratique musicale, connaissance de l'environnement historique des compositeurs et même méthode pour accorder et transporter les clavecins historiques, avec comme intervenants Scott Ross (qui enseigna sa vision de l'interprétation de la musique de Scarlatti), Bob van Asperen (pour les sonates de Marcello), Marijke Miessen (flûte), Gordon Murray, Christophe Coin et mon ami Claudio Ronco (violoncelle baroque). Le mémorable concert de clôture dans l'église de l'Ospedaletto fut pour moi comme un cadeau de mariage, puisque je convolais au temple du Hâ à Bordeaux quelques jours après ! J'ai suivi pendant toutes ces années le travail de cette association et je vous en parlerai en détail dans un prochain article.
posted by lorenzo at 22:03

En levant les yeux

Mais la pluie ne dure pas et le vent chasse les nuages. Le ciel bleu resplendit à nouveau et la lumière irradie chaque façade, une lumière d'été, forte, éclatante. C'est vers la fin de l'après-midi, en attendant le coucher du soleil, que Venise est la plus belle en septembre. Cette densité laisse un goût presque amer, comme cette sensation bien connue qui oppresse l'écolier le dimanche soir quand il faut déjà songer au retour vers le pensionnat et laisser pour une semaine jeux et rêveries... 
posted by lorenzo 07:21
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...