06 octobre 2006

Venise in the Fall… *

(*) L’automne à Venise…)

Il n’y a pas de beauté qu’à New York in the fall, à Venise aussi…  

Je ne sais pas si vous ressentez la même chose que moi, mais quand je lis dans la presse ou sur internet ce joli mot utilisé par les anglo-saxons pour parler de l’automne, "the fall", je suis pénétré d’images, d’odeurs et de sons qui remontent du tréfonds de mon enfance. "Quand il y avait des saisons" dirait ma voisine. Oui, the fall, (littéralement : la chute), est une belle saison ; Après le délicieux accablement de l’été, on pense aux vendanges, aux champignons (ah ! les cèpes parfumés qu’on trouve dans les sous-bois chez nous !), aux feux de cheminée, à la terre mouillée qui embaume… Une sorte d’engourdissement encore plein de vie et de lumière en attendant l’hiver froid et morose se répand peu à peu. Glorieuse saison en vérité, remplie de couleurs somptueuses. Les feuilles mortes… Bref, ceux qui ont la chance d’avoir grandi dans ces paysages vallonnés où vignes et forêts se mélangent au flanc des coteaux, comprendront ce dont je veux parler, mais à Venise me direz-vous ? A Venise comment décrire the Fall ?
.
C’est un peu comme l’adagio du concerto pour clavier seul BWV 374 de J.S. Bach d’après le concerto pour hautbois de Benedetto Marcello quand Alexandre Tharaud le joue (vous savez le générique d’Antenne 2 avec les illustrations de Folon dans les années 80). Une longue et presque mélancolique mélodie, où les sons se répètent et s’alourdissent pour marquer le temps qui passe mais avec lenteur. Comme pour saluer l’harmonie des couleurs et des odeurs de cette chute nécessaire pour que se préparent les relevailles de la nature… Il fait gris puis soudain le soleil perce à travers les nuages, le ciel redevient bleu comme en été. Nimbé d’une fraîcheur nouvelle, l’air porte mille parfums nouveaux, des feuilles et des pétales qui se décomposent, l’humus qui se répand mêlé aux senteurs profondes de la lagune. L’eau devient d’un vert presque gris et le matin parfois, la brume se répand comme un mince filet au-dessus de l’eau. Les parois des maisons s’affranchissent du conventionnel éclatement des couleurs pour s’envelopper de tons plus appropriés : rouille, bruns, rouge vigne et jaunes pâlis. Les cheminées fument et le passant qui traîne encore volontiers sur son chemin foule les feuilles mortes des campi désertés. Venise en automne a un charme fou. La lumière y est exquise, le calme délicieux. Les hordes de barbares ont regagné leurs îles lointaines et les enfants reprennent le chemin de l’école. Vous savez "le parfum d’un bouquet de crayons fraîchement taillés" dont parle Tom Hanks dans ce sympathique petit film sur New York "You've got mail" (vous avez un message). Oui, the Fall à Venise aussi est un moment merveilleux. 



__________

1 Comments:


jacqueline said...
magnifique description. je ne connais que venise au printemps et en été j'imagine que cela doit être magique. J'aime beaucoup votre écriture et vos photos sont superbes. Merci de m'enchanter ainsi chaque jour.
09 octobre, 2006
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...