08 juin 2007

Trivialité : Venise servie à toutes les sauces en toute impunité.


Encore un crime de lése-Venise ! Au premier regard, cela semble amusant. Une belle jeune femme et son ami montent sur une gondole. Musique, champagne et Venise, rayonnante et paisible. Soudain la rupture. L'homme n'a pas plus de considération pour la belle qu'un macho de base après soixante ans de mariage avec Bobonne. Il pêche et pêche gros. La prise est de taille, la dulcinée en est toute arrosée. Pour fêter ça, l'homme redevenu cro-magnesque, se délecte d'une de ces boissons dont les gosiers américains si peu raffinés se délectent. Bière ou soda, ils produisent le même genre d'éructation. La blonde en est outrée... Drôle, pas vraiment en fait. D'une part parce que Venise est encore montrée avec les clichés d'usage : amour à trois sous, sous-entendus salaces et décor de bluettes. Ensuite parce que pour le spectateur lambda, Venise continue de se résumer à la gondole et aux reflets des palais sur le grand canal (ce qui est déjà beaucoup car dans l'ensemble tout s'arrête aux gondoles - merci Sheila et Ringo !). Ah, les clichés... Si Venise est triste pour certains, le regard des publicitaires gogos sur la Sérénissime est affligeant.

2 commentaires:

condorcet a dit…
Cher Lorenzo,

C'est bien le propre des publicités : travestir le réel pour l'arranger à leur sauce. Inutile donc de s'émouvoir sur ces clichés. Il n'est pas évident que la majorité des téléspectateurs adhère à ce message. Et puis, le sexe, l'eau, la séduction, rien que de très banal pour arriver à caser un produit qui lui, n'est pas affriolant.
Je crois que, souvent, plusieurs niveaux de lecture s'associent chez le téléspectateur. Venise n'est pas éreintée par ces clichés dans la mesure où il ne traite pas de Venise mais d'un fantasme.
Il faudrait d'ailleurs analyser la production de tels clips pour comprendre le caractère froidement rationnel de leur production. Rien de très sexy là-dedans mais l'obsession de l'argent.

Lorenzo a dit…
j'en suis convaincu mais je ne puis jamais m'empêcher de "pester" quand Venise est utilisée comme cliché aussi superficiel et vulgaire. Ni le sexe, ni la séduction, pas plus que le plaisir ne sont en cause dans mes propos. Seulement la vulgarité et la trivialité. Rien de cela ne sied à Venise. du moins à l'image que je crois qu'il faut répandre d'elle.

Tendre l'oreille au pied du palais Pisani




On parle d'art contemporain ou de cinéma, mais on oublie la musique à Venise. Le Conservatoire Benedetto Marcello, situé dans le somptueux Palais Pisani, à deux pas du campo Santo Stefano, dirigé actuellement par le pianiste Giovanni Umberto Battel, abrite plusieurs centaines de jeunes gens venus se former à la pratique instrumentale et aux autres disciplines musicales. Chaque semaine pendant l'année scolaire, ils donnent de petits concerts dans une des salles de ce Palais du XVIIème siècle. Régulièrement les meilleurs élèves se produisent à la Fenice ou ailleurs. C'est un régal de s'aventurer sous les hautes fenêtres de ce palais pendant l'année et d'entendre, au hasard, de la musique ancienne, des gammes, du chant. Le son des violons, trompettes, clavecins, guitares ou harpes se répand et se mêle aux odeurs des fleurs du palais Franchetti voisin.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...