03 janvier 2008

Après le baiser, les vandales


Voilà les fêtes sont terminées. Les décorations de Noël retournent dans les cartons et le réveillon de la Saint Sylvestre n'est plus qu'un souvenir pour les adeptes de cette fête commandée que le monde se croit obligé de fêter à grand renfort de bruits dans les vapeurs d'alcool. La liesse, lorsqu'elle est simple et spontanée est une bonne chose. Mais, quand la rage de casser et de détruire l'emporte sur le plaisir et sur la joie d'être ensemble, je me dis que quelque chose ne fonctionne pas. Un ressort quelque part est tordu et notre mécanique sociale bien endommagée... 

Parmi les 90.000 personnes massées sur la Piazza le soir du 31, il y avait de nombreux couples, de tous âges. Beaucoup de familles. Des gens heureux de se rassembler là et de participer au décompte des secondes qui séparait Venise et le monde de la nouvelle année, porteuse d'espoir et du mystère de l'inconnu. Mais il y avait aussi des bandes de vauriens, imbibés de bière et de drogue, excités, chahuteurs. Jusqu'à minuit, leur présence pouvait agacer mais tout restait supportable. C'est après les douze coups de minuit, lorsque la foule a commencé à se retirer, que ces bandes sont entrées en transe. Des centaines de bouteilles et de verres ont alors explosé sur les dalles de la place, des tags sont venus décorer les murs et les rideaux des magasins, des vitres ont été brisées. Comme à l'époque du concert des Pink Floyds, ces gamins avinés se soulageaient contre les murs, sous les arcades. Le tout dans un vacarme de fin du monde. Une horde de barbares. Ceux-là pourtant n'arrivaient pas des steppes du nord, ils n'étaient pas guidés par les employés des agences voyages nippones ou australiennes. Ils venaient de Mestre, de Castelfranco, de Mogliano, de Padoue ou de Vérone peut-être. Ce n'étaient que des voyous excités comme après un match de foot... La police veillait. Les choses auraient pu mal tourner. Ils ont été peu à peu évacués vers la gare et la piazzale Roma où les attendaient les trains et les bus supplémentaires. 

Les traces de leur passage sont consternantes comme est consternant ce besoin de détruire, de salir, de casser. en cela, les jeunes banlieusards vénitiens ne sont pas différents de leurs homologues des autres cités du monde. Ils extériorisent leur mal-être certainement, leur angoisse d'un avenir terne et bouché, leurs peurs mais aussi le refus inconscient de ce monde vulgaire où ils seront traités pour la plupart comme des bêtes de somme. J'ai vécu cinq longues années à Venise. J'ai croisé des bandes jeunes, bruyants, souvent ivres. Des fêtards. Jamais agressifs. Vulgaires le plus souvent, mais jamais violents. Il n'y avait pas de tags et autres graffitis sur les murs et à Venise on ne risquait rien la nuit. La peur n'existait que dans la tête des enfants que les ruelles sombres et le silence pouvaient impressionner. 

Comment les enfants de ces jeunes gens sont-ils devenus ces tifosi excités, jeunes barbares violents et désespérés ? Je vais vous le dire : un monde sans espérance, sans foi ni transcendance, un monde obnubilé par l'avoir et le paraître, par la consommation et le superflu. Et qui a laissé ce monde se développer ainsi, à Venise comme ailleurs ? Ces barbus excentriques qui faisaient le voyage en Inde dans des vapeurs de haschich, rejetaient l'hypocrite société bourgeoise et scandaient le fameux Peace and Love. Leurs enfants ont grandi dans une totale liberté, dans l'aisance et le confort, sans règle ni limite. Aujourd'hui dans un monde redevenu ce qu'il a toujours été, difficile, incertain, ils sont perdus et deviennent méchants devant ce paradis promis absent de leur quotidien. Des enfants gâtés qui n'ont plus assez de jouets... Le virtuel est leur univers, la violence leur langage et on ne peut leur parler ni de beauté ni d'esthétique. Ils ne comprennent pas. Cela n'évoque chez les moins atteints que les formes de leurs copines. Et encore. Pour les autres, la référence "esthétique" sera la dernière console de jeux japonaise, la nouvelle moto ou une marque de chaussures à la mode... A Venise, plus qu'ailleurs, ils sont à plaindre. La plupart n'ont pas d'avenir et ce décor magistral qui enchanta depuis toujours ceux d'avant eux, ils le haïssent et s'y ennuient. Ils s'en prennent à lui en cherchant à enlaidir ce qui est beau, à souiller ce qui est pure merveille née de la foi et de l'amour des hommes, leurs ancêtres... 
Mais il y a encore plus grave à mon avis. C'est cependant dans l'air du temps : Massimo Cacciari, le maire, s'est félicité de la réussite de la manifestation. Il a suggéré que cette nouvelle tradition soit délocalisée. Les jardins de Castello par exemple, ou à Mestre. La fête de la Piazza San Marco serait ainsi réservée à un public "davantage d'élite" (sic). Quand je vous dis que la muséification ou la disneylandisation de la Sérénissime est en route, je ne crois hélas pas beaucoup me tromper. Les esprits chagrins diront que de toute façon dans une quinzaine d'année tout sera submergé, nettoyé, effacé...
Allez, bonne année tout de même, ces vandales auront un jour maison, voiture ou bateau et ils n'apprécieront guère que des mouflets à peine sortis de l'enfance viennent saccager leur bien. Ils seront certainement les premiers à défendre l'intégrité de leur ville. Ils ouvriront certainement leurs yeux et comprendront que Venise est une merveille qu'il nous faut protéger et faire vivre. Et puis tous les jeunes vénitiens ne sont pas comme ça après tout. La beauté qui les entoure aura raison de leur sauvagerie et reste le meilleur remède à leur mal-être. Si seulement...

______

8 commentaires:

Madeleine a dit…
c'est incroyable et pitoyable
celeste a dit…
j'avais fait un constat du même genre (en moins complet) sur les agissements d'une certaine partie de la jeunesse bolognaise; peut-être l'avez-vous lu, sinon je vous mets le lien:
http://www.celestissima.org/bologne-precarite-et-decadence/
en 8 ans j'ai vu la ville changer, devenir triste, lourde.Comme si l'avenir n'existait pas.
françois a dit…
Quelle tristesse pour tous ceux qui aiment etrespectent Venise et souhaite y trouver ce havre de paix et de raffinement que l'on trouve nulle part ailleurs!!!!
pourvu que la vraie vie de venise soit sauvegardée le plus longtemps possible car si cela disparait c'est un bout d'humanité qui se meurt:
Gérard a dit…
Navrant !
C'est l'idée qui me vient à l'esprit à la vue de la photo du Gazzettino .
Incroyable ; le jamboree du Love parade au beau milieu des canettes vert-bouteille .
Mais bon , ce truc , c'est devenu une spécialité très in depuis plus de vingt ans maintenant dans les milieux culturels bien-pensants . Et très décorés .
Une sorte de plus à l'occidentale !
Re-navrant , de voir un si beau lieu dans un état pareil .
Et si ça vieillit comme les colonnes Burinées ou l'Opéra Bastille , le pire est devant !
J'imagine , l'espace d'un court instant , déjà , la terrasse de Jules Hardouin-Mansart et pourquoi pas , même la Galerie des Glaces . Victimes toutes les deux du phantasme un peu loufoque d'un de nos plus subtils édiles .
A qui nous nous devons d'être infiniment reconnaissants .
Et que le monde d'hier , mais aussi celui d'aujourd'hui et de demain , etc , .....
Après .
Alfred Jarry disait qu'il fallait souvent briser un miroir ; eh bien , c'est fait !
Je veux dire la Galerie des Glaces Pilées !
amarone a dit…
90.000 personne, C'est énormissime.

Il fallait s'attendre à ça.
Anonyme a dit…
J'ai envie de dire "J'y étais".
La Serenissime nous a accueilli, jeunes mariés, pour fêter cette nouvelle année.
La Piazza San Marco était belle, belle de tout cet échange d'amour.
Mais après les fameux décompte, j'ai personnellement cru que le pire des scenarii se jouait!
J'ai vu des bouteilles de champagnes voler, des gens se bousculer, souvent avec fracas, s'insulter, j'ai vu non plus de l'amour mais de la colère mêlée à la peur et à la panique, beaucoup suivant la même direction pour s’échapper, et revenir en arrière parce qu'il n'y avait pas d'issue.
J'ai cru au cauchemar. Je voulais que ca cesse, ne plus recevoir des coups, ne pas avoir envie de pleurer, juste m'enfuir de cette place!
de retour à l’hôtel, je me suis sentie soulagée, ce qui s'est passée sur cette place, c'est un échantillon de la nature humaine, s'aimer où il faut quand il faut, mais dès que la magie se dissipe, les instincts refont surface, et l'amour s'envole sous les cris.
Buon anno, e grazie di racontare belle storie italiane. 
Lorenzo a dit…
Merci pour ce témoignage vécu. Il faut oublier cette péripétie et garder espoir en la nature humaine!Que l'année vous soit bonne et heureuse, lectrice apenna sposata!
dominique a dit…
j'y étais aussi pas très tard, je n'ai pas croisé de hordes de barbare ...... paradoxalement n'est ce pas une preuve que Venise vit ......

La Venise que j'aime

La Venise que j'aime ne se trouve pas toujours dans les guides. Il faut la chercher au détour d'une rue, sur un campo improbable. C'est l'hiver, quand la furie touristique se ralentit un peu, quand le temps se fait à peine moins clément, qu'on la rencontre soudain. Cette Venise pittoresque et paisible, cette Venise bon enfant où il fait encore si bon vivre. Quelques clichés récents qui transpirent de cette atmosphère unique qu'on ne ressent qu'ici...
 
© Christine et Pierre. Décembre 2007. Tous droits réservés.

___________

3 commentaires:

Marianne a dit…
ça donne envie d'y aller ces photos !
Anonyme a dit…
celle que j'aime aussi
bonne année cher Lorenzo (si vous permettez)
Lorenzo a dit…
bonne année à vous !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...