20 mars 2012

Effie, Emma et Rossini à Venise

Euphemia Chalmers Gray-Millais, (1828-1897), plus connue sous le nom d’Effie fut l'épouse de John Ruskin, l'auteur du célèbre "Pierres de Venise". Mariage non consommé qui fut annulé et permit à la jeune femme d'épouser le peintre préraphaélite John Everett Millais, protégé de Ruskin. Ils formèrent un triangle amoureux assez célèbre pour inspirer plusieurs pièces de théâtre et un opéra et... Emma Thompson, la rutilante actrice, qui est la scénariste du film consacré à ce personnage victorien réalisé par Richard Laxton, avec Dakota Fanning, Claudia Cardinale, Robie Coltrane, Greg Wise...
 
..Comme certains Fous de Venise le savent, c'est avec ce film (entre autres) que sera inauguré le nouveau Rossini, ce cinéma en travaux depuis plus de deux ans et qui va rouvrir ses portes. Totalement restructuré, le bâtiment accueillera un supermarché Auchan, une pâtisserie Marchini, un restaurant et plusieurs salles ultra-modernes. De quoi réjouir les amateurs du 7e art puisque Venise était devenue très pauvre en salles obscures. Fermé au début des années 2000, le Rossini, situé sur le rio San Luca, va être superbe, débarrassé de sa façade fifties, il sera doté de trois salles de 350, 150 et 100 places.

 
..Mais revenons au film qui sortira en Grande-Bretagne au début de l'été actuellement en post-production. Les vénitiens se souviennent du tournage qui a été le premier réalisé sous les auspices d'une nouvelle organisation vénitienne née à l'initiative de la Chambre de Commerce, la Venitian Film Opportunity, émanation de Venezia Opportunita présidée par la dynamique Maria Rafaella Caprioglio. Emma Thompson en a donc écrit le scénario et l'essentiel du tournage s'est déroulé à Venise. l'occasion pour Tramezzinimag de revenir sur un de nos sujets favoris, le cinéma et Venise. Depuis les Frères Lumière à la fin du XIXe siècle, de nombreux films ont été tournés sur les bords de la Lagune. Un livre en a d'ailleurs dressé l'inventaire, sous la direction de mon ami Roberto Ellero, responsable du Circuito Cinema. Nous en reparlerons bientôt.

19 mars 2012

Cette semaine, le printemps revient !

 
Ce joyeux mystère qui chaque année soudain renouvelle nos âmes.
La lumière, un matin se fait rieuse.
Le reflet des murailles hier encore décaties se transforme aujourd'hui - éternelle magie -
en des reflets soyeux, pimpants comme les notes
de cette musique ancienne, qui par la fenêtre ouverte,
s'échappe d'un vieux palais qui penche...

15 mars 2012

Et revient le temps des repas joyeux entre amis

..L’hiver appartient aux bonnes soupes revigorantes longtemps mijotées et souvent improvisées avec les légumes trouvés au marché. Mais, quand les premiers redoux annoncent le printemps, des envies de bons petits plats ensoleillés nous viennent. Des envies de déjeuners et de dîners entre amis, petits moments volés à la fatigue des derniers jours de froidure et aux préoccupations d’un quotidien parfois bien difficile. L’excellent Chardonnay (2006) de Robert Skalli que m’a fait découvrir un brillant auditeur de justice qui vient de séjourner chez moi, m’a donné des idées. 

Je n’avais dans le congélateur que des manchons de canard et pour seuls légumes un grand bol de pleurotes et de l’ail. Avec des tortellini, cela donna hier soir un succulent plat fort goûteux. Mais puisque nous évoquons le soleil qui réchauffe les pierres depuis quelques jours et transforme peu à peu l’esprit même des rues et des places, installant une belle lumière italienne qui embellit les visages des passants, évoquons ce magnifique Estoras, Cabernet Sauvignon des princes Esterhàzy (2008) déniché chez un caviste du quartier (si les lecteurs bordelais insistent, je leur donnerai l’adresse). 

L’auditeur de justice en question, jeune quadragénaire passionné et de bonne compagnie, a passé chez moi ses quinze jours dévolus au stage d’entrée à l’École Nationale de Magistrature. Avec modération, comme il sied à des gens de bonne compagnie, nous avons dégusté pendant ce fortnight de très bons millésimes. Les saveurs retrouvées ou découvertes à cette occasion m’ont guidé dans de nouvelles recettes improvisées ou dans la reprise des bons vieux plats familiaux notés dans les nombreux carnets que je conserve précieusement. Le Ripasso di Valpolicella (2009) d’Allegrini, un Corte Giara de haut niveau que le futur magistrat amena avec lui (et que j'avais voulu servir frappé au grand dam du futur juge !), bu en accompagnement d’une fricassée de viande aux poireaux aurait été parfait avec la recette du classique coniglio con peperoni (lapins aux poivrons) de la zia Vittoria dont j’ai trouvé une variante chez Felice Consolo, dans un livre de cuisine piémontaise.

Manchons de canard et tortellini aux pleurotes
Ingrédients : 1 manchon de canard gras avec sa peau par personne, des tortellini, un grand bol de pleurotes fraîches, ail, persil ou basilic, beurre, graisse de canard ou huile d'olive, sel, poivre, bouillon de viande, vin blanc.

Faire cuire les pâtes al dente dans de l'au salée. Les égoutter et les maintenir au chaud.

Faire cuire les manchons dans une poêle chaude avec du sel et un peu d'huile ou mieux avec une petite cuillerée de graisse de canard. Quand l'extérieur a pris une jolie couleur, couvrir d'un bon verre de bouillon et d'un petit verre de vin blanc. Couvrir avec de l'ail haché, saler et couvrir. Laisser cuire à petit feu. Le jus doit réduire un maximum. Faire fondre le beurre dans une sauteuse, ajouter les champignons coupés en lamelles, l'ail haché, les herbes. Poivrer et saler. Ne pas laisser accrocher.

..Quand les champignons sont cuits, verser le jus réduit des manchons. Préservez ces derniers au chaud. ils doivent être bien cuits avec la peau un peu croustillante Ajouter un peu de vin blanc si nécessaire. Rectifiez l'assaisonnement.

..Ajouter les pâtes et bien mélanger le tout. Ajouter le canard et servir aussitôt. Couvrir chaque assiette de parmesan fraîchement râpé. C'est délicieusement gouteux !

..Variante : Cuire les manchons au four avec la marinade, force ail et persil haché et les pleurotes en lamelles. Ils vont caraméliser avec la graisse du canard et les sucs mêlés vont régaler les papilles les plus rétives !

Lapin aux poivrons
Ingrédients : un lapin, 1 oignon, 6 beaux poivrons (2 de chaque couleurs), , 3 belles anchois marinées, 3 gousses d'ail, bouillon de viande, vinaigre ou vin blanc, beurre, huile, laurier, thym, romarin, basilic, sauge, persil, sel et poivre.

..Couper le lapin en morceaux, le faire revenir dans une sauteuse avec de l'huile et du beurre. Ajouter une feuille de laurier, une branche de romarin frais, du thym, du basilic, de la sauge. Saler. Quand la viande est colorée, dégraisser et mouiller avec le bouillon. Laisser cuire à petit feu.

..Pendant ce temps, tailler les poivrons en longueur. Faire chauffer de l'huile et du beurre dans une sauteuse. Y disposer les poivrons avec les anchois coupées et les gousses d'ail coupées en fines tranches. Faire revenir jusqu'à obtenir une belle couleur dorée. Quand les poivrons sont cuits, ajouter 1/2 tasse de vinaigre (ou de vin blanc). Remuer souvent pour éviter que le fond accroche.

..Mélanger le tout au lapin. Laisser bouillir trente minutes jusqu'à ce qu'une odeur délicieuse vous vienne aux narines (et jusqu'à réduction du bouillon). Saler et poivrer selon les goûts. Ajouter le persil ciselé. Servir avec de la polenta.

12 mars 2012

Un comportement stalinien avéré : la Chine impose ses vues sur le Tibet jusqu'à Venise !

Tout le monde sait que les chinois n'ont jamais fait dans la dentelle, même s'ils savent copier celle de Burano pour en inonder le marché local, mais l'évènement que Tramezzinimag tient à porter à votre connaissance que la scène s'est déroulée laisse pantois. D'autant que les protagonistes sont tous vénitiens et que cela se déroulait au Palazzo Franchetti devant des centaines de personnes médusées.
..
Samedi dernier, le 10 mars a été une journée mouvementée pour l'honorable Zhang Jianting, maire-adjoint de la ville de Hangzhou. Savait-il, en se rendant aux manifestations organisées par la Municipalité de Venise que ce jour était aussi la Journée Internationale du Tibet, un jour important pour les tibétains et pour ceux qui les soutiennent. En effet, c'est le 10 mars 1959 qu'eut lieu à Lhassa un soulèvement populaire qui fut violemment réprimé par les occupants chinois. Des dizaines de milliers d’hommes et de femmes descendirent dans les rues de Lhassa pour réclamer l’indépendance du Tibet. 

Ce mouvement de protestation, porté par une population déjà exaspérée par huit années d'occupation faite de vexations et d'atroces exactions, se termina dans un bain de sang. Selon une estimation chinoise, près de 90.000 Tibétains furent massacrés. Il fallut un peu plus de trois jours à l’Armée Populaire de Libération pour venir à bout du soulèvement, mais elle ne réussit pas à étouffer le mouvement de résistance qui se répandait dans tout le Tibet. C'est à la suite de cet évènement que le Dalaï Lama quitta le pays.

Toujours est-il que la délégation chinoise venue visiter la ville de Marco Polo était là pour fêter le "Hangzhou Day" avec le faste dont les vénitiens savent entourer les opérations commerciales qui doivent se transformer en opérations juteuses pour les organisations locales. Le partenariat mis en place concerne en effet des échanges économiques mais aussi culturels. Jusque là pas grand chose à redire, si ce n'est la perspective d'un accroissement du nombre de visiteurs sur la piazza dans les mois et les années à venir. On n'est plus à Venise à une horde près... 

Ce 10 mars donc, sous un ciel printanier, Venise accueillait une série d'expositions et de performances dans l'ex-église San Vidal, ce joli petit espace dévolu à la culture depuis de nombreuses années, au pied du pont de l'Accademia. Le matin, il y eut la signature de l'accord de partenariat déjà initié lors de l'exposition de Shanghai où Venise avait un pavillon. Après une journée d'interventions, de spectacles, on inaugurait à 18heures l'exposition d'art contemporain baptisée "Modern Art Show of west Lake" constituée de créations de plasticiens chinois et vénitiens. Il y avait foule pour ce vernissage où un cocktail devait réunir le ban et l'arrière-ban, de la société vénitienne.
  
Et c'est là qu'intervient mon ami Manfred Manera. Journaliste connu et respecté à Venise, il est le fils de la célèbre artiste véneto-autrichienne, Liselotte Höhs. Accompagné de son épouse et d'un ami tibétain, Manfred se présenta à l'entrée du palais pour rappeler que ce jour était dévolu à la mémoire des massacres de 1959. D'abord courtoisement prié de ne pas manifester dans les jardins du palais, il a cependant voulu accéder à la réception. Le brouhaha qui s'ensuivit attira les journalistes présents : Manfred s'est fait rabrouer violemment par les factotums qui contrôlaient l'accès auxquels trois serveurs vinrent prêter main forte. Le motif ? Voulant montrer son soutien à la cause tibétaine à nos amis chinois, il avait endossé un drapeau tibétain en guise de châle... ..

Provocation de potache certes mais qui ne méritait pas une réaction aussi violente et tapageuse de chiens de garde. Dans son communiqué, le journaliste outré rappelle que non seulement il a été violemment refoulé d'une manifestation publique à laquelle il avait été convié, mais que le sachant décidé à se présenter devant les chinois avec le drapeau tibétain sur les épaules, l'étage où étaient réunis les autorités chinoises a été sciemment fermé, obligeant de nombreux invités à sortir par les portes de service et forçant ceux qui voulaient entrer à patienter sur le palier.

Ce type d'incident devient hélas banal, mais il montre que là où le profit est en jeu, il n'est plus question de tolérance ni de démocratie. La Chine populaire, vieille amie de Venise depuis Marco Polo, a beau s'être modernisée, elle reste une dictature, e
t l'une des dernières démocraties (populaires) qui collectionnèrent massacres et mensonges. Mais elle représente désormais trop d'intérêt aux yeux des pays occidentaux, ses partenaires du monde libéral, pour ne pas être disculpée par avance de toutes ses exactions. 


Ennemie de la liberté, ennemie du libre arbitre, ennemie de la presse libre, elle n'est que l'amie de la force, de l'argent et de l'intransigeance. Tramezzinimag soutient solennellement l'action des amis du Tibet libre et indépendant, comme nous soutenons ce Blitz tenté par Manfred Manera qui rappelait à juste titre, que S.S. le Dalaï Lama a été faite citoyen d'honneur de Venise il y a quelques années, en dépit des protestations du gouvernement chinois. Souvenez-vous : ils n'étaient pas contents du tout à Pékin et ils l'avaient fait savoir officiellement ! Pas plus alors que ne l'étaient les très libéraux membres de la Chambre de Commerce de la Sérénissime, peu regardants sur les questions des droits de l'homme au Tibet. Curieusement dès que beaucoup d'argent est en jeu...
..

11 mars 2012

La phrase du jour

"Les hommes voient surgir ce que parfois ils admirent et que, le plus souvent, ils redoutent ou qui est leur secret remords : une liberté. Et ce qui est pire, une liberté sans alibi. Une liberté sans doctrine. Une liberté qui n’a même pas besoin de raisonnement, de justification, de revendication. Une liberté nue, une liberté débraillée. Une liberté insolente."
Félicien Marceau

10 mars 2012

Jean Giraud, alias Moebius a rejoint la Venise céleste



..C'est un des plus grands dessinateurs contemporains qui vient de disparaître. Le créateur de "Venise céleste" a baissé la garde devant la terrible maladie qui l'a emporté. Il allait avoir 74 ans et dessinait depuis plus de 50 ans - Blueberry) est paru en 1961. Mondialement connu, il collabora avec le cinéma : Alien, le Cinquième élément, Abyss... mais aussi avec le brésilien Paulo Coelho dont il illustra le célèbre roman, l'Alchimiste

Je lui dois mon premier papier jaùmais publié sur un quotidien. Cette première parution dans le journal Sud-Ouest, où Pierre Veilletet, alors rédacteur en chef, me commanda en 1984 un article sur l'exposition que Venise présenta à l'occasion de la sortie de l'album Venise Céleste. Et ce fut le début d'une longue aventure (il y eut ensuit une interview d'Hugo Pratt, la couverture de la Mostra du Cinéma, ma rencontre, (dans l'ordre chronologique) avec Hervé Guibert, Ionesco, Jack et Monique Lang, Danièle Mitterrand, Marie Laforêt, Fabienne Babe, Guillaume Depardieu, Valeria Golino, Comencini, et tant d'autres dont beaucoup sont restés des amis...

09 mars 2012

PuntoVe, le nouveau magazine vénitien

Une revue moderne pour informer les vénitiens, ceux du centro storico comme ceux de la terraferma. Et accessoirement pour tous ceux qui s'intéressent à la vie culturelle, à la création contemporaine, à la musique.
.
Un élément supplémentaire pour prouver au monde que Venise n'est pas un univers figé en décrépitude dont le seul avenir serait sa transformation en un super parc d'attractions, un musée à ciel ouvert. Tramezzinimag le dit et le redit, en dépit de tous les problèmes que nous ne manquons pas de dénoncer, la cité des doges est un haut lieu de créativité et d'innovations. La Venise digitale est née bien avant les autres cités d'Europe, avec l'implantation sur toute la lagune du web en accès libre. 

Il y a plusieurs années déjà, les services de télécommunications ont initié un projet interdisciplinaire ouvert à tous qui utilise les techniques les plus modernes. Plusieurs laboratoires accueillant des scientifiques du monde entier sous l'égide notamment de l'UNESCO, y sont installés qui travaillent à la découverte de nouvelles méthodes de protection des monuments et de l'environnement. L'université est à la pointe, la technologie la plus aboutie sollicitée dans le communication, les transports... L'école d'architecture voit venir à elle des postulants du monde entier... C'est peut-être cela l'avenir de Venise : devenir un super laboratoire de recherches et d'idées en même temps qu'un sanctuaire de l'art, de la pensée. Les deux se complètent pour former ce dont l'humanité a besoin : des hauts lieux de spiritualité et de réflexion. L'environnement est propice à la réflexion sur la lagune.
..Mais revenons à la jeune revue. téléchargeable dès maintenant en ligne (ICI), elle liste et détaille, en noir et blanc et dans un graphisme très à la mode, les évènements à venir sur tout le territoire de la Sérénissime. Comme un agenda. C'est beau, sobre, simple, efficace.

..Ils sont sur Facebook : http://www.facebook.com/puntove.it
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...