19 novembre 2019

Et les vénitiens se mirent à prier (suite et fin)

Another Cloudy Day II. Michaël B. Pierce. © MBP Studio - M.B.Pierce
L'écrivain stambouliote Nedim Gürsel a écrit dans son magnifique ouvrage intitulé Les écrivains et leurs villes, une vérité qui peut paraître aller à l'encontre du penser de bien de ses confrères écrivains. "Je ne suis pas sûr que tout ait été dit sur Venise." Je me suis souvent interrogé sur la pertinence d'écrire encore sur elle. La crainte aussi parfois de tomber dans la prétention et la vanité qui nous pousserait à rejoindre les plus grands écrivains qui ont laissé des pages le plus souvent inoubliables, tellement parfaites et qui collent à l'esprit de Venise, qu'elles sont devenues des éléments constitutifs de la vision universelle que l'on a de la ville, autant de parcelles d'un inconscient collectif pareil à celui qui fait aimer et connaître New York ou Paris avec les mêmes couleurs, les mêmes sons et les mêmes attirances quelque soit notre proximité, notre connaissance de ces lieux. La force du mythe. Et le mythe, une seconde fois en l'espace de cinquante ans, est touché, maltraité non pas directement par la volonté des hommes mais par la nature que trop d'inepties, d'égoïsme et de nocives obsessions ont amenée à se révolter. Ce coup de semonce après tout est mérité.

Albrecht Dürer. Joachim and the Angel from the Life of the Virgin, 1504
De même, en paraphrasant l'auteur du délicieux roman Les Turbans de Venise, je ne suis pas sûr que tout ait été tenté pour sauver Venise. La laisser à la merci de la nature déchaînée, des politiciens et des financiers avides serait un crime contre la civilisation. Mais qu'auraient fait les vénitiens d'avant la chute de la République, avant que Buonaparte d'un trait de plume et par l'une de ses plus viles trahisons mette un terme à mille trois cent soixante seize ans d'histoire, de puissance et de gloire ? Autres temps, autres mœurs : avant même que de retrousser manches et chausses, ils se seraient mis à prier. L'étrange affaire pour l'homme moderne. Prier ! Une affaire de femmelette ou de fondamentaliste de tous poils, au mieux du folklore, de la superstition... Et pourtant, combien il apparait vide de sens ce monde qui a évacué toute dimension spirituelle au quotidien des hommes, qui récuse tout ce qui est religieux et qui pourtant aiderait à transcender le désespoir et la vacuité de tant d'existences qu'empoisonnent une artificielle quête du bonheur par la consommation, la course à l'argent, ne laissant le plus souvent qu'amertume et dépit.
 
Steeled, Judith Peck. Huile sur panneau.
C'est peu ou prou la réflexion que se faisait le lendemain de l'acqua alta qui a tant effrayé le monde,  Riccardo Roiter Rigoni, jeune et talentueux photographe vénitien, dans un texte émouvant que TramezziniMag vous présente ci-dessous :
"Du temps de la République, la Foi était une réalité publique à laquelle la Sérénissime fit appel à maintes reprises.

La République invoqua Dieu, le convoquant pour résoudre des épidémies incontrôlables et gardant foi en ses vœux : les basiliques du Redentore et de la Salute sont chaque jour devant nos yeux.

Maintenant, la Foi est de plus en plus reléguée à la sphère "privée", elle ne s’exprime plus que comme un murmure pour ne pas "déranger" ceux qui ont une autre sensibilité.

Nous ne faisons plus appel à Dieu parce que nous croyons avoir le contrôle sur tout, même lorsque les limites humaines apparaissent clairement.

Les marées exceptionnelles de ces derniers jours pourraient être l'occasion de réfléchir à nos faiblesses, à la précarité de ce qui nous entoure et à ce que nous avons fait de

notre société.

Tout cela pourrait nous inciter à prier, sachant bien que la prière ne trouble aucun esprit avec intelligence.

Ceux qui ne croient pas ne sont pas dérangés par ceux qui prient.

Ceux qui se sentent agacés parce que certains prient sont ceux qui haïssent la foi, quelle qu’elle soit, et la haine… n’est jamais une manifestation de l’intelligence.

Essayez de prier ... de demander une clémence météorologique, pour donner un répit à ces événements qui mettent à genoux Venise et les îles de la lagune.

Ou simplement ... prions pour que nous puissions être meilleurs et construire une société dans laquelle les mots seront suivis de faits et dans laquelle la politique ne sera pas l'occasion pour certains de s'enrichir d'une manière illicite, mais un chemin qui conduira au progrès et à l'amélioration de la vie pour tout le monde."
Pellestrina, le sanctuaire de la Madone de l'apparition.
Les habitants de la mince île face à la mer sont particulièrement attachés à ce lieu né après l’apparition de Marie en 1716. © Riccardo Roiter Rigoni.
Nul passéisme, ni prosélytisme donc dans nos propos. Juste une intuition. Unis dans l'action comme dans la méditation, les hommes sont invincibles. C'est la force de la foi quand elle est animée avant tout par l'amour et le respect. 

Prions donc et demandons humblement que la Providence une fois encore soit avec Venise et ses habitants. Que le temps se fasse clément et que ces eaux que le doge autrefois unissait à la Sérénissime dans de somptueuses épousailles se retirent et s'apaisent. Faisons éclater solennellement aux yeux du monde, notre foi et notre espérance, pour que Dieu chasse les méchants, guérisse nos plaies et protège la Sérénissime et tout ses habitants. Pour que la vie soit plus forte que la mort dans un monde de plus en plus régi par des pensées et des actions mortifères.
Evviva Venezia !















Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...