26 octobre 2005

Lieux méconnus...

La Madonna dell'Orto, belle petite église un peu retirée du sentier des touristes. C'est là que repose le Tintoretto, le magicien des couleurs. Il y a là l'une de ses plus belles toiles, Marie enfant allant au Temple. 

Une perspective époustouflante débordant de couleurs aujourd'hui malheureusement étouffées par le temps, la pollution, l'humidité. Jamais plus on ne retrouvera la force des couleurs, du vert notamment. 
Quand on regarde cette toile, on est projeté dans un monde mystique, très parlant. Quelque chose se passe, comme sur une scène de théatre. Le baroque n'est pas loin. Regardez le ciel au-dessus de la l'église, le vert des volets et le rouge de la barque, sur la photo, ce sont des couleurs comme celles-ci qui devaient jaillir des toiles du maître, sous le regard médusé des fidèles. Hélas, faites de matière organique sans préservatif ni conservateurs, elles se sont atténuées et forment souvent hélas un mélange presque informe difficile à discerner surtout au fond des églises sombres. Si vous passez dans ce quartier, promenez-vous autour de l'église, voyez la maison du Tintoret, les canaux tranquilles. Non loin de là, allez boire un verre ou dîner au Paradiso Perduto. L'hiver, un feu dans la grande cheminée éclaire la salle et parfois on y entend de la bonne musique.














posted by lorenzo at 23:22

San Geremia et le palais Labia peints par Sargent


Une peinture que j'associe depuis mon enfance au mouvement lent d'un concerto pour Violoncelle de Vivaldi entendu chez ma grand-mère. Me parlait-elle de ce peintre en écoutant cet air ou feuilletais-je un album du peintre tandis que le disque passait et repassait sur le vieux phonographe de son salon ?

posted by lorenzo at 23:08

Journal 1982. Extraits

Dimanche 6 juin 1982.
[...]Concert sur l'herbe dans le petit jardin secret de San Alvise. 
De jeunes musiciens du conservatoire proposent à un parterre de vieilles dames ravies et de gamins piailleurs, un bel échantillon de musique populaire vénitienne du XVème à nos jours. Trois bonnes heures de musique au son du luth et du hautbois. Ciel très bleu et magnifique soleil toute la journée.
 
Poésie des ruines dans ce jardin à la Hubert Robert. 
 
Dernière promenade. Halte au Florian, puis au Harry's bar et ce sera le départ. Demain soir, je serai bordelais à nouveau pour quelques semaines [...]
 
[...] Je n'ai pas vu ce matin Paolino, le petit boulanger qui porte avec tant de grâce son plateau de croissants sur la tête, pareil aux figures peintes dans les tableaux de Carpaccio. La boutique reste fermée depuis mardi. Congés annuels.
 
Heureux moments passés ce soir en compagnie de quelques danseurs de la compagnie de Ballet de Marseille. Maurice Béjart, sympathique, est un spirite très tendre, un maître joyeux. Ses élèves sont parfaits d'équilibre et de joie. "La danse... ce n'est pas une technique, c'est de la philosophie, une école du bonheur et de la sérénité" me disait-il lorsque nous revenions tous de la place Saint Marc où ils ont dansé hier. [...]
 
[...] 
 
J'ai dix ou douze cahiers et carnets écrits à Venise ou qui parlent d'elle. Ils disent tous la même chose : Mon désir d'y retourner sans cesse et mon plaisir d'y vivre maintenant depuis prés d'un an. Le décor de ma vie est posé maintenant. Mais quelle pièce vais-je y jouer ? Drame ou comédie ? Aujourd'hui tout est simple. Mais demain ?... (noté dans le train entre Vintimille et Nice)[...]
 
[...] Henry de Régnier disait dans L'Altana ou la vie vénitienne : "Venise est un repos, un détachement momentané de tout ce qui nous occupe d'ordinaire. elle est propre à certaines heures de rêverie tendre ou mélancolique. Accueillez-les si elles se présentent à vous. Elle vous permet d'oublier que vous vivez à l'époque des chemins de fer et des tramways mais elle n'est pas seulement une ville d'art et du passé, elle a aussi sa vie actuelle et quotidienne où se superposent de l'hier et de l'aujourd'hui, et ce mélange est un de ses charmes. Elle continue humblement sa glorieuse destinée. elle n'est pas toute aux touristes, et sa vie populaire est charmante à observer..."

posted by lorenzo at 22:06

Citation du jour

"Quand le pouvoir pousse l'homme à l'arrogance, la poésie lui rappelle la richesse de l'existence. Quand le pouvoir corrompt, la poésie purifie."
John Fitzgerald Kennnedy


posted by lorenzo at 21:38

Anni fa...

Venise éternelle, aujourd'hui comme hier, le plus bel écrin des histoires d'amour... Tant pis pour la rengaine. C'est ce que m'inspire cette photo des années 50 prises sur la Riva dei sette Martiri, entre les jardins de la Biennale et les Esclavons. 
posted by lorenzo at 21:20
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...