Accéder au contenu principal

Le progrès fait trop de vagues à Venise

Ajouter une légende
Dans Venise la rouge, pas un bateau ne bouge... La rime n'est pas des plus élaborées mais le génie d'Alfred de Musset fait de ces vers une clé pour nos mémoires. Fermant les yeux, le lecteur voit le môle au petit matin nimbé d'un léger brouillard aux senteurs primavériles, que percent peu à peu les rayons incarnats du soleil. Sur l'eau qui scintille, les gondoles immobiles attentes le réveil. Mais soudain, un bruit étrange, mélange de pétarade et d'eau qui bruisse sort le lecteur de sa rêverie. Une vedette de la police ou bien est-ce un taxi, fend l'eau du bassin à grande vitesse, créant tout autour de son sillage des vagues de plus en plus hautes, l'eau rouge il y a un instant comme un miroir pour le soleil levant devient verte, puis noire et l'écume blanche et mousseuse éclate comme de rage sur la bordure de pierre des Esclavons, comme une protestation rageuse. La réalité éloigne la paisible vision de Musset : le moto ondoso est un poison pour la cité lacustre. Les flots remués trop fréquemment attaquent les fondations mêmes de la cité des doges, les fonds bouillonnent et ce bouillonnent se répand jusqu'aux confins de la lagune, remuant les sols, dérangeant tout ce qui tente de vivre dans ce milieu aquatique fragile qui se meurt peu à peu par la faute des hommes qui pourtant lui doivent leur existence. Qui n'a pas été témoin de ces pétaradantes cavalcades des bateaux à moteur, secouant violemment les bateaux accostés le long des canaux, arrosant les passants marchant trop près du bord au Rialto ou à San Marco ? Qui n'a pas vu de ses yeux le déplorable état des soubassements en pierre d'Istrie ou en marbre rongés par une terrible gangrène aggravée par ces vagues sacrilèges. Pompiers, police, ambulances, mais aussi livreurs, taxis, particuliers forçant leurs moteurs surpuissants comme les petits ruffians le font avec leur mobylette dans les rues des banlieues ou plus tard leur BMW ou leur Golf GTI flambant neuves, les vénitiens sont eux-mêmes responsables de ce moto ondoso catastrophique pour la ville et cela dure depuis que le moteur est apparu.

On connait les solutions. Verbaliser là comme ailleurs ne suffit pas pas plus que la limitation de vitesse, et on ne peut évidemment pas revenir aux seules embarcations à rame (quoi que parfois je me demande...). Mais il existe des moteurs électriques assez puissants pour déplacer de grosses barques mais dont la conception évite les remous, pour les déplacements lagunaires extra-urbains, les bateaux sur coussin d'air sont parfaitement adaptés, silencieux, rapides, ils n'ont qu'un impact très minime sur l'écosystème et ne dérangent aucunement les habitants - les survivants - sous-marins de la lagune. Là comme ailleurs, c'est de gros sous dont il s'agit et d'intérêts, de profit et aussi d'égoïsme. Interrogés, les bateliers concernés répètent toujours le même discours : "ce n'est pas que moi", "je ne suis pas tout seul", "il faut bien aller vite si on veut faire notre travail", etc... Là aussi, il faudrait un référendum d'initiative populaire pour forcer les autorités à prendre les mesures qui s'imposent. Pour qu'un jour, le passant puisse dire en se remémorant les vers du poète : "Mon dieu, comme Musset a bien dépeint Venise avec ces deux vers"...
photographies : © Marco Zanon.

2 commentaires:
Douille a dit… 
Sans, pour autant, vouloir prendre la défense de ces vils margoulins, force est de constater que comme toujours à Venise nous sommes "le cul entre 2 chaises"... J'aimerais bien aussi préserver la ville et mettre tout le monde à la barque à rame, mais c'est pas possible, ces gens travaillent!!! Contrairement à nous qui allons à Venise pour glander! Tout ce qu'on aime à Venise y arrive par un bateau à moteur, qu'on se le dise! Mon dernier repas si typique au Rioba (que je recommande), n'était que des produits livrés en bateau... 
14 juin, 2011  

Lorenzo a dit… 
Douille, personne ne souhaite revenir aux galères et autres barcasses. Le moto ondoso est l'exemple même de l'abus ces gens qui poussent au maximum la vitesse de leurs puissants moteurs causent de graves dommages à la ville et la règlementation n'est pas respectée. Ni les vaporetti ni les barques à moteur qui respectent la limitation de vitesse sont en cause. Heureusement que le bateau reste le moyen de transport mais il y a de plus en plus de trafic et de plus en plus d'excès de vitesse. On sait aujourd'hui que ces vagues sont très dangereuses pour les fondations de la ville.Sans remettre en cause la motorisation des embarcations, il s'agit de rappeler chacun à sa responsabilité qui non seulement finit par coûter cher à la collectivité mais aussi met en danger le patrimoine artistique de la ville. C'est un peu comme ces gens qui font du jogging dans un jardin public et courent chaque jour sur le bord de la pelouse. ils sont un puis deux puis dix puis cent et en quelques semaines il n'y a plus de pelouse. Quand on leur fait remarquer la disparition de la pelouse à l'emplacement de leur passage, tous répliquent en chœur "nous ne sommes pas les seuls" ou "ce n'est pas moi"... Que répondre à cette terrible inconscience ? Il en est de même pour le moto ondoso évidemment aggravé par la vogue de smoteurs puissants et le goût pour la vitesse (car s'il y avait seulement les ambulances, les taxis et les pompiers,mais il y a surtout les particuliers qui se font plaisir en poussant des pointes sur le grand canal comme ailleurs ils le font avec leur voiture !)  
14 juin, 2011

Commentaires