05 janvier 2011

ASSEZ ! MAINTENANT IL FAUT AGIR !

Destination magique, part du rêve universel, lieu unique, Venise est en train de sombrer ! Derrière les clichés transmis depuis des lustres : les gondoles, les pigeons, le pont des soupirs il y a une réalité que peu de gens veulent voir. Devenue une étape obligée des Happy Few du monde entier, elle accueille des manifestations prestigieuses où le bling-bling peu à peu a remplacé la culture et la spiritualité. 21 millions de touristes débarquent chaque année dans Venise et de nouveaux projets comme la sublagunare, le fameux métro qui devrait relier Tessera (l'aéroport), le centre historique et la plupart des îles de la lagune feront grandir encore ce chiffre. Pendant ce temps les vénitiens sont contraints de quitter le centre pour trouver refuge sur la terre ferme, les écoles ferment, les commerce de proximité disparaissent. Moins de 60.000 habitants en 2011, un nombre d'habitants comme Venise ne l'avait jamais connu, même après les grandes épidémies de peste. Mais comble de ce paradoxe insupportable : ce que viennent admirer les troupeaux de visiteurs, ces "hordes barbares" et inconscientes qui restent de moins en moins longtemps et s'agglutinent (heureusement finalement) toujours aux mêmes endroits est en train de s'écrouler, de disparaître sans que rien ne soit fait vraiment.

Non pas que Venise soit physiquement en train de sombrer dans les eaux saumâtres de la lagune, la catastrophe maintes fois annoncée n'est pas à priori pour demain, mais la démultiplication de ces petits maux, ses plaies plus ou moins voyantes qui semblent ajouter au pittoresque pour les regards distraits, mais qui feraient grimacer de dégoût dans n'importe quelle autre ville d'Occident, devient ici un décor apprécié ; l'immobilisme des autorités et l'incompétence des fonctionnaires de Rome, tout concourt à la catastrophe imminente. Car c'est par bribes que Venise s'effondre, au propre comme au figuré. Les photos de Marco Zanon qui illustrent ce billet d'humeur le prouvent. Bâtiments qui pour leur malheur n'ont d'autre valeur que d'être les témoins d'un passé humble ou monuments grandioses qui se délitent à une vitesse accélérée depuis quelques années, partout il faudrait agir et entreprendre des restaurations urgentes. Mais l'argent public manque et les fonds privés vont davantage au spectaculaire publicitairement efficace.

Mais même là les choses vont mal. Ne dit-on pas - c'est encore officieux - que le Palazzo Grassi est en vente ? Ne vient-on pas d'apprendre que Monsieur Pinault ferme les salles de la Punta della Dogana pendant six mois ? Finalement, les mauvaises langues n'avaient pas forcément tort qui disaient que toute cette opération n'avait pour but que de faire parler du milliardaire, faire enrager Paris et le ministère français de la Culture, et permettre au collectionneur de disposer d'un vaste entrepôt qui lui rapporte...

Quant aux projets pharaoniques comme le M.O.S.E., ils demeurent le fait d'apprentis-sorciers qui jouent chaque jour avec l'avenir de la lagune. C'est désormais une question de vie ou de mort dont il s'agit. personne ne peut le nier. Creuser le sous-sol de la lagune sans que personne soit capable de maîtriser les risques, n'est-ce pas prendre le risque d'accélérer la destruction d'un écosystème déjà moribond ? Et pour quel impérieux motif ? Permettre aux habitants de se rendre dans divers points de la lagune plus rapidement ou bien faire affluer quatre à cinq millions de touristes supplémentaires chaque année dans le centre historique et dans les îles déjà submergées par les hordes de visiteurs ? Et pourquoi pas, comme nous en plaisantions il y a quelques années, une station de métro un jour sous la Piazza ? "Le progrès, mon bon monsieur, le progrès ne s'arrête pas !" 

Venise est en danger comme jamais elle ne l'a été au cours des siècles. Les ravages de la pollution, les travaux ruineux qui sont projetés, l'exode massif qui s'accélère et les commerces qui disparaissent remplacés par des vendeurs de pacotille chinois, tout s'inscrit dans la même logique. celle du pognon. Ce peuple de commerçants et de boutiquiers périra-t-il par là où il a pêché ? La différence aujourd'hui n'est pas des moindres. Quand Venise s'emparait d'un territoire ennemi, elle l'asservissait, lui imposait sa loi et son système économique et politique. Le commerce reprenait vite le dessus et les échanges avec le nouveau suzerain souvent consacrait l'enrichissement des vassaux nouvellement inféodés. Athènes, Sparte et Rome ne procédèrent jamais autrement. Aujourd'hui, les puissances d'argent, ces fameux Marchés, aveugles et à l'honnêteté toute particulière, font fi des existences humaines, de la qualité de l'eau et de l'air. Venise écroulée, il se trouvera des petits malins pour exploiter les vestiges et les ruines et faire beaucoup d'argent avec ce qui restera d'une civilisation. Après tout, elles meurent toutes un jour.

La mort de Venise, Mesdames et Messieurs, est programmée. Inéluctablement. Le compte-à-rebours est commencé. Sauf miracle, les jeux sont faits. J'ai lu récemment un roman épique qui se déroule dans un proche avenir. La ville a été évacuée par les forces de sécurité internationales. Quelques irréductibles résistent, se cachent dans les méandres de la ville ruinée... Plaise à Dieu qu'il ne s'agisse jamais que de fiction. Dans le cas contraire, nous serons un certain nombre à choisir de sombrer avec elle car sa disparition signera aussi la chute de la civilisation. Le coup de grâce sera donné par ceux qui ne peuvent envisager d'autre cheminement intellectuel que le progrès, la croissance, le matérialisme exacerbé de notre temps et la course désespérée à toujours davantage d'argent, ce sont finalement les facettes de la même ineptie suicidaire. Mais, ne baissons pas les bras. Il ne faut pas se résoudre à cet inéluctable-là. Il faut alerter l'opinion, réagir, bouger, râler, soutenir toutes les actions même symboliques qui ont pour but de sauver Venise. Celle des vénitiens. Celle des arts et de la culture, de l'Histoire.


Crédit photographique © Marco Zanon

22 commentaires:

dominique a dit…
noooooooooooooooooooooooo
et alors que proposez-vous ?
Nathalie a dit…
Je suis certaine, Lorenzo, que tous vos lecteurs seraient prêts à faire quelque chose pour cette ville qu'ils aiment tous, et que nous, les habitués de Venise depuis longtemps, voyons le coeur serré se dégrader d'année en année. Mais quoi faire? Avez-vous une idée de ce que nous pourrions entreprendre pour sauver ce qui peut encore l'être? Comment faire entendre notre voix et surtou,t faire pression? Il doit bien y avoir un moyen: Venise n'appartient pas exclusivement aux italiens et pas exclusivement non plus aux hommes d'argent.Mais lequel?
Amitiés
michel78 a dit…
Comment ne pas partager ce cri du coeur et de colère.
Tout évolue et doit évoluer, c'est ainsi, mais ce qui se passe depuis un certain temps là-haut n'a rien à voir avec une évolution normale.
que faire à notre niveau ? appuyer toutes les actions des amis vénitiens (comme ceux de venessia.com) pour que VeniceLand ne voie jamais le jour ?
Merci Lorenzo
Amitiés
Danielle a dit…
Je comprends votre cri d'alarme, voilà quelques années déjà que je dis la même chose sur la chute de Venise. Le palazzo Grassi appartient à la ville, Pinault n'en est que locataire... Un métro sous la lagune, c'est impensable...c'est vrai Venise se dégrade de partout et ses habitants qui louent leurs maisons aux touristes, quittent la ville...

Mais l'Italie ne délaisse pas seulement Venise, des milliers de fermes sont abandonnées dans le pays, la désertification des campagnes est en oeuvre, depuis de longues années, Pompéi tombe en ruine sans que rien ne soit fait... On pourrait faire la liste...

Je n'ai pas de solution à proposer, il y a trop d'intérêts en jeu sur cette ville.

Je me posais la question d'un prochain voyage à Venise, cet été, mais je n'ai presque plus envie d'y retourner...(J'y vais depuis plus de 10 ans)

Quel avenir pour cette ville ? vraiment je n'en sais rien...

Amicalement.
Anonyme a dit…
Il ne suffit pas de s indigner...Encore faut il un plan d actions...Venise c est en Italie, L'Italie c est la corruption a tous les étages .....Y a du pain sur la planche!
Anonyme a dit…
Venise va disparaitre...Vite mettez la en vitrines
http://petitepropriete.canalblog.com/

quel talent!
A part cela Lorenzo, tres beau blog.Continuez ...Y en a bien encore pour 50 ans...
Anonyme a dit…
Comment rejoindre une association de Vénitiens voulant protéger leur ville en lui conservant sa beauté naturelle,??
Quelles personnalités françaises et européennes influentes sont prêtes à y participer?

Il faut AGIR mais comment? avec qui?

FRANCOIS a dit…
Cmment rejoindre une association de Vénitiens voulant protéger leur ville en lui conservant sa beauté naturelle,??
Quelles personnalités françaises et européennes influentes sont prêtes à y participer?

Il faut AGIR mais comment? avec qui?
Anonyme a dit…
Moi qui me faisais une joie de la réouverture de la Douane de Mer que je n'ai jamais vue que fermée depuis que j'ai découvert Venise !!
Que faire Lorenzo ? Nous sommes prêts vous le voyez bien à défendre Venise.
J'ai déjà commencé à diffuser votre coup de G... en expliquant que les vrais amoureux de Venise, devaient aussi voir Venise dans cet état là, car de même que l'on aime l'être aimé même dans la maladie, on aime Venise même dans ce qui la défigure, pour la défendre.
Venise86
Anonyme a dit…
Rien n'est encore irréversible et je crois déjà que 40xVenezia et Venessia.com abattent déjà une besogne énorme, mais bien en-dessous du seuil critique nécessaire pour forcer les acteurs publics à enrayer la course effrénée au tout-au-tourisme-de-masse, la perte de sens de la ville, la dépendance accrue vis-à-vis de la terre ferme, de l'arrière comme de l'avant-pays, du pays. Venise a besoin de stabilité et de sérenité pour trancher des questions environnementales qui l'engagent sur plusieurs décennies voire des siècles dans un monde qui est profondément instable. Lorenzo a souvent souligné avec raison que le sort de Venise préfigure celui du reste de la planète. Les qualités scénaristiques du roman de Valérie Bettencourt qu'il évoque sont plus grandes que le volet littéraire et la première partie de l'épure mieux réussie que la seconde : c'est une idée qu'il aurait fallu creuser encore un peu plus à mon goût.
Mais Venise n'est pas encore perdue...
Condorcet
Lorenzo a dit…
Non Venise n'est pas encore perdue et des milliers de gens chaque jour travaillent aux solutions pour qu'elle survive ou simplement qu'elle vive, et avec elle ses habitants.
Que faire ? En parler, relayer les informations alarmantes, faire connaître les problèmes à ceux qui vont à Venise et ne se doutent pas, inonder les organismes responsables de pétitions, de courriels, de lettres...
Soutenir aussi les associations qui sont au travail.
Mais, soyons honnêtes en même temps : avec cette Venise décatie si poétique, si romantique, si pittoresque dans ses lambeaux et sa mélancolie, ne trouvons-nous pas aussi parfois un peu notre compte ? Les villes comme les civilisations vivent et meurent inexorablement. Notre époque qui fait l'homme épris de nouveauté, de vitesse, de technique prétend aussi beaucoup à la pérennité des choses. La mort fait partie de la vie, même pour les villes. Ce qui est inacceptable c'est que Venise souffre depuis trente ans de petites morts permanentes qui sont d'autant moins tolérables que nos techniques, nos savoirs, nos moyens permettraient de les éviter et de prolonger ainsi, et pas de manière artificielle, Venise en vie !
Anonyme a dit…
Il faudrait évidemment des décisions politiques et environnementales, locales et (inter)nationales, pour entretenir la ville, la protéger, limiter le tourisme « sale ». Mais est-ce qu’un début de solution ne serait pas dans une grève de tous les amoureux de Venise, d’une Venise en vie. Si nous n’y allons pas pendant quelques années, les appartements ne seront plus loués aux touristes, les prix baisseront, les Vénitiens reviendront… Gros sacrifice auquel je pense depuis longtemps. Un peu simpliste il est vrai, mais nous participons tous au phénomène, tout autant que les touristes déversés par les paquebots. Et il est universel, ce phénomène, Venise n’est pas la seule touchée, elle subit juste avec plus d’acuité ce que les lieux les plus beaux du monde connaissent.
Anonyme a dit…
Voila l'article que j'ai écrit sur le Post pour diffuser :
http://www.lepost.fr/article/2011/01/19/2375852_coup-de-gueule-assez-maintenant-il-faut-agir_0_5135046.html#reaction_5134460
Il y a des idées à prendre dans les commentaires peut-être.
Venise86
Anonyme a dit…
Hélas ! Ce n'est pas de gaîté de coeur que j'envisage la mort de Venise, Venise ville fantome, Venise morte, Venise victime de son succès...

Beaucoup de site très visités dans le monde périssent de leur gloire...

Venise devient une ville sandwiches/ bed and breakfast. La Dogana est vide la plupart du temps c'est vrai, Venise ne correspond pas à la nouvelle image que l'on veut lui attribuer : Venise ville de l'art contemporain. Les visiteurs viennent voir de l'histoire ancienne... On peut le regretter, mais c'est comme ça.

Les habitants, les commerçants de proximité s'en vont, on ne peut plus vivre à Venise de façon ordinaire, tout le monde le sait.

Le rouleau compresseur de l’investissement rentable est passé par-là, 22 millions de touristes ça fait beaucoup, beaucoup d'argent...

Râler, bouger, hurler, réagir, soutenir des actions mais lesquelles ?

Amicalement.
Gérard a dit…
Quelle est la différence entre F. Pinault et Léonce Rosenberg ? Ce dernier fit décorer sa suite à Paris par Chirico ( et quelle décoration , je l'ai vue ! ) au même titre que jadis le Labia par Tiepolo . C'est toute la différence . L'attachement profond . C'est ce qui relie pour toujours les éléments éternels du tryptique géniteur des rêves les plus fous : un lieu , un possédant , un virtuose . Un enracinement définitif ! L'éphémère culture n'a d'éphémère que ce côté magnifique de sa sauvagerie paysanne de survie ! Magnifique ! Vive Venise à tout jamais !
Nathanaëlle a dit…
Triste constat, une si merveilleuse ville que l'on laisse aller à la décrépitude, il y a urgence, comment sensibiliser les pouvoirs internationaux ? Il y a bien un bureau de l'Unesco à Venise ?
Que vive la Sérénissime !
Lorenzo a dit…
Bien entendu, il se passe des choses et énormément d'initiatives privées locales et internationales se mettent en place depuis des années. Le danger existe et la sonnette d'alarme a été tirée depuis bien longtemps. Ce billet en forçant un peu le ton, n'avait pour but que de nous secouer tous, nous les Fous de Venise, pour éviter de nous habituer. Pour que nous ne nous laissions jamais enfermer dans nos délices d'amoureux transis. Pour que nous ayons bien conscience que toutes ces merveilles peuvent nous être enlevées et que nous en sommes tous responsables. Hauts les coeurs, nous la sauverons cette Venise que nous aimons !
Veneziamia a dit…
Ce qui, à mon avis, manque c'est une volonté politique pour entreprendre ce qui doit l'être pour sauver cette ville unique et permettre à ceux qui souhaitent y vivre de pouvoir le faire. Où est passé l'argent de l'Unesco ? Trop de corruption, d'intérêts pécuniaires immédiats ? Mais ne perdons pas courage, ceux qui veulent sauver Venise existent et l'union fait la force ...alors unissons-nous et parlons-en.
Merci Lorenzo pour vos coups de gueule. Ils sont utiles.
Gérard HENRY a dit…
Sur PINAULT :

J'avais lu que deux nouvelles expositions étaient en préparation :
A la punta della dogana :Eloge du doute à partir du 10 avril 2011
Au palazzo Grassi : Le monde vous appartient à partir du 4 juin 2011.
Est-ce inexact ?
douille a dit…
"Que faire ? En parler, relayer les informations alarmantes, faire connaître les problèmes à ceux qui vont à Venise et ne se doutent pas, inonder les organismes responsables de pétitions, de courriels, de lettres..."

Ben, non... Si on veut sauver Venise (enfin si c'est possible) je pense qu'il faut faire l'inverse...
Tietie007 a dit…
Comment Venise gérera le réchauffement climatique et la montée des eaux ?
Lorenzo a dit…
Plusieurs organismes travaillent à la question depuis de nombreuses années et leurs travaux scientifiques font de Venise, cela devrait être son rôle et sa vocation, un laboratoire de pointe dans la recherche sur la prévention et la lutte contre le réchauffement climatique. Les travaux de surélévation de la ville, ceux (que l'on peut critiquer car on n'a encore aucune idée du résultat) du MOse, les études sur les matériaux à employer, tout participe de ce combat pour la survie de la cité lacustre et de sa lagune. Mais bien des points nous échappent de toute manière. Si la montée est effectivement telle qu'on la présente aujourd'hui, nous avons tous intérêt à apprendre la plongée sous-marine ! Mais Venise a toujours survécu en s'adaptant...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...