Accéder au contenu principal

Venise sous la neige

Le passage de 2008 a 2009 s'est fait comme chaque année avec la joie et la bonne humeur (bruyante et internationale) de la foule réunie sur la Piazza pour le devenu traditionnel compte-à-rebours et le baiser de Capodanno. Mais quand éclatèrent les premières fusées du feu d'artifice, c'est la neige qui tomba pour fêter l'an neuf. 



Comme vous le savez certainement, il neige parfois à Venise. Si cela est moins courant qu'autrefois, la neige n'est pas une curiosité et elle habille merveilleusement la Sérénissime. En voici pour exemple une vue du joli campo Santa Maria Nova, avec au fond la petite merveille Renaissance de Santa Maria dei Miracoli, un jour de neve. Autre vue, des toits cette fois :

Durant les cinq années où j'ai vécu à Venise, il a neigé chaque hiver. Une année, (était-ce en 1981 ou en 1982 ?), la ville est restée vêtue de blanc près d'une semaine. Cela n'impressionnera pas nos lecteurs canadiens, mais si les vénitiens sont habitués (ce sont pour la plupart d'excellents skieurs car les montagnes ne sont pas loin), le froid mordant fut difficile à supporter et je puis vous garantir que personne ne traînait dans les rues. A cela s'ajouta un brouillard à couper aux couteaux pendant plusieurs jours et même une interminable coupure de courant un soir de carnaval... L'un des lions du campo dei Leoncini semble vraiment vouloir éternuer, mais position oblige, il parviendra à se retenir....


Quant aux touristes, ils avaient quasiment tous disparu. C'était l'époque où la Municipalité se creusait les méninges pour attirer les visiteurs à d'autres moments qu'au printemps ou en été. Il y eut notamment la campagne "Venezia d'Inverno" avec des forfaits hôtel-musées-transports et goûter au Palazzo Mocenigo. Domenico Crivellari était adjoint à la culture et, si je me souviens bien, un certain Bertotto était en charge du tourisme. Le maire de l'époque, Mario Rigo était communiste et Sandro Pertini, le héros de la Résistance, grand ami de Venise, chef de l’État.


Voici, ci-dessous, une vue de la Venise mineure dans les années 1880, par Ferdinando Ongania. Après la chute de la République et l'avènement de l'hypothétique royaume lombardo-vénitien, la misère s'installa à Venise, vidée de toute sa substance. Grand nombre de patriciens avaient accepté de rentrer dans la noblesse de l'Empire des Habsbourg (on leur offrit le titre de comte, eux qui reconnus nobles depuis plus de dix siècles pour la plupart, n'avaient jamais accepté aucun titre nobiliaire !) et délaissèrent la ville pour courir les bals et les soirées viennoises, les manufactures et les ateliers d’État fermèrent leurs portes et en vingt ans, la Sérénissime ne fut plus que l'ombre d'elle-même. Il fit terriblement froid ces années-là et beaucoup de gens moururent de malnutrition. Phtisie et tuberculose firent des ravages.


 Aujourd'hui, les flocons de neige sont simplement un charme supplémentaire pour la belle endormie. Comme un cadeau pour ses visiteurs, pour les enfants et pour les photographes. Pour clôturer cette petite promenade d'hiver, une vue du campo Santa Maria Nova, dans la nuit du 31 décembre 2008 prise par Luca & Daniela (voir leurs belles photos sur le site e-venise.com) :

 
P.S. : Je profite de cette évocation matutinale des jolies contributions de l'hiver à la poétique de la ville et de Venise en particulier pour souhaiter un très joyeux anniversaire à ma fille aînée, Margot, dont c'est aujourd'hui le jour de naissance. Vingt et un ans ! Un entrain et une détermination incroyables, un caractère ombrageux mais un cœur d'or et une grande et belle sensibilité. Tanti Auguri pour cette année nouvelle !

 

_______

6 commentaires:

Gérard a dit…
Quelle splendeur !
Les Miracoli !
Dans leur silence !
Anonyme a dit…
merci pour votre site plein, à l'image de Venise, de petites merveilles dans tous les coins. Cette neige, je l'ai effectivement vu tomber le 31 décembre sur la Pescheria puis sur la place San Marco. C'était splendide. Comme l'ont été les quatre jours suivants: après la neige, la brume mystérieuse et enveloppante, puis le franc soleil d'hiver accompagné d'un froid mordant. Splendide.
Nous sommes souvent allés à Venise mais votre site nous a permis de découvrir de petites choses inattendues.
Pour la petite histoire, nous avons passé le pont de la lagune en écoutant l'excellent "la Sérénissime et la Sublime Porte" que vous recommandiez. Envoutant!
Et joyeux anniversaire à Margot!
Emma
Anonyme a dit…
Jolies et poétiques ces photos de Venise sous la neige, on dirait le décor d'un conte de Noël......... Et si tu nous racontais un conte...avec photos et musique...
Je suis en train de lire "Des turbans" à Venise, qu'en penses-tu, l'as-tu lu et aimé????? A bientôt, bon week-end. Vichka
Alexa a dit…
Que je suis contente d'avoir decouvrir ton (ta?) blog et ces belles photos de ma ville préférée! J'y etait en Septembre, mais ça fait presque 40 ans depuis que j'ai vu Venise sous la neige.
Mille grazie pour ces images.
Tietie007 a dit…
Génial ! Nous avions connu Venise sous la neige en février 2004, juste après le carnaval ! Joyeux Anniversaire à Margot !
Maicher a dit…
Although from different places, but this perception is consistent, which is relatively rare point!
nike dunk

Commentaires